LUKARN LUKARN
Distribution    |   Production |   Contact    |   Recherche

Documentaires // Société

ARENA MEXICO


52'
2009


VERSION(S)
Française, Internationale, Espagnole

SUPPORT(S)
SD

PRODUCTEUR(S)
Imagine

REALISATEUR
Anne-Lise Michoud

Portraits croisés de travailleurs en marge du système, qui occupent chaque jour les espaces publics de la ville de Mexico pour vendre leurs marchandises ou leurs services. On les suit à travers la ville, comme s’ils entraient dans une arène de Lucha Libre. Ils nous révèlent en un spectacle tragi-comique tout leur savoir faire, leurs stratégies de survie et leur façon singulière de se faire une place. Ils se font l’expression vivante et dérangeante d’une situation économique et sociale au bord de la crise.

« Quand on a pas de travail, pas de capital et pas eu les moyens de faire des études, il ne nous reste plus que notre imagination pour trouver les moyens de survivre ». Dans la capitale mexicaine, c’est à peu près la moitié de la population qui est contrainte à travailler dans le secteur informel, à pratiquer illégalement une activité, sans protection sociale et parfois dans des conditions de grande précarité. Mais pour certains, il ne s’agit plus seulement de sortir occuper les espaces publics pour vendre services et marchandises, la compétition et la nécessité est telle qu’il faut sans cesse s’adapter, faire preuve d’ingéniosité, prendre des risques ou se mettre en scène pour haranguer les clients et gagner sa vie au jour le jour. Lutteurs, entrepreneurs, prestidigitateur selon les circonstances, ils sont amenés à réaliser de véritables performances physiques et artistiques avec les moyens du bord. Ce sont les plus atypiques que j’ai choisi de filmer, parce que la singularité de leur activité et leur manière d’aller de l’avant, malgré leur age ou leur handicap, témoignent d’une situation économique et sociale critique. Leur omniprésence dans l’espace public et ce spectacle quotidien dérange, pour ce qu’il symbolise, un dysfonctionnement profond du système, à l’image de cette ranchera dissonante interprétée avec ferveur par un enfant qui peine à chanter juste et à se souvenir des paroles.

En faisant le portrait de ceux qui se sont démarqués dans leur manière de lutter, avec enthousiasme et dignité, c’est une façon de rendre un hommage à cette population de travailleurs et a l’ingéniosité du peuple mexicain. C’est aussi une manière détournée de révéler les failles, les carences du système et la fatalité régnante.

Prix du public Festival "filmer le travail" de Poitier (février 2011)

www.lanouvellerepublique.fr/vienne/LOISIRS/Cinema/Actu-cine/Filmer-et-primer-le-travail


Précédent   ||   Suivant

LUKARN - 40, rue de Paris - 92100 Boulogne-Billancourt - FRANCE - +331 41 22 90 59 - Fax : +331 41 22 90 54