• English
  • Contactez-nous au +33 1 71 13 01 00 ou par mail sandrine.frantz@lukarn.fr
    Lukarn
    LA BARAQUE, SES FRITES 50'  - 2010  - Symphonia Films / Wéo Télés Nord Pas de Calais
    Synopsis

    Dans chaque village, bourg ou ville du nord de la France, des Pays Bas et de Belgique, il y a une baraque à frites.
    A travers un panorama éclectique de friteries, nous partons à la rencontre d’un univers anticonformiste, théâtral et chaleureux.

    La baraque à frites c’est d’abord la frite. Et avant la frite, il y a la pomme de terre.
    Dans cette région « Flandre », nous découvrons les explications de l’historien, du guide du Frietmuseum et les explications du « théoricien » Paul Ilegems.
    Les récits voyagent d’Amérique du Sud à la Belgique, en passant par l’Espagne, l’Angleterre et la Bretagne.
    Il en sera de même quand à la paternité de la frite : Sud Ouest de la France, Salade Bretonne, friture à Anvers ?

    Les origines sont troubles, mais l’attachement régional est fort.
    Grâce à notre spécialiste de la Flandre, nous découvrons du nord de la France au Sud de la Hollande, que c’est un passé industriel commun qui encouragea la consommation des frites.

    Malgré les aléas urbanistiques de ces dernières années et les attaques des géants de la mondialisation, les baraques à frites sont toujours de fières représentantes de la région.
    C’est alors une richesse architecturale rare qui nous apparaît, des constructions abstraites souvent à l’image de leurs exploitants.
    La vie s’anime autour de ce petit théâtre.

    Tout on long du film, nos experts tentent des explications ! Quel crédit leur accorder ?
    Ces théories ne sont elle pas aussi fumantes qu’un cornet de frite ?
    « Baraques à Frites » propose une réponse à cette question fondamentale :
    Est ce que tout cela est vraiment sérieux ?

    LA BARAQUE, SES FRITES
    Fiche technique Infos Photos Vidéos
    version Française, Anglaise et Internationale support HD producteur Symphonia Films / Wéo Télés Nord Pas de Calais réalisateur Julien Krizek